Rome (hiver 2013)/littéraire/j0

De Entre Amis
Aller à : navigation, rechercher


Samedi 23 février, les retrouvailles

Par air, par train et même par voiture, les trente-sept Benbistes se retrouvent gaiement et bruyamment, tels les potaches au retour de vacances, à la Casa Sant’Anna, sise sur la petite Piazza Madonna dei Monti agrémentée d’une fontaine centrale. Joëlle a déniché un hébergement extraordinairement bien situé, pratiquement au centre-ville. Nous sommes accueillis, à mesure de nos arrivées, par une sœur charmante, souriante et très disponible qui nous installe dans nos chambres, impeccables, au confort simple mais suffisant.

Celles et ceux qui ont rallié Rome dès le matin, ont commencé l’exploration de la ville, sans perdre trop de temps à tourner et virer, Joëlle ayant déjà bien préparé le terrain par des rafales de mails précis et détaillés. Malheureusement une pluie vigoureuse s’étant invitée, voire un orage de fin d’après-midi qui malmena les vols et provoqua quelques frayeurs, les églises ont eu les faveurs.

À 18 heures, s’ouvre la première AG. Joëlle nous accueille, un peu tendue, même quelque peu inquiète face à l’importance du groupe à gérer. On imagine la pensée qui vagabonde : « N’en perdrai-je pas un ! Ma voix tiendra-telle ? Seront-ils assez réactifs, j’ai tellement de choses à faire découvrir… ». Nous verrons mais le public est parfaitement confiant, comme d’habitude ! Après avoir réglé de minimes mais incontournables problèmes d’organisation, elle présente le programme des deux jours qui suivent puis attribue quelques rôles : la météo réservée à Monique munie de sa tablette, les informations importantes concernant le Pape et les élections confiées à Frédérique qui connaît l’italien, Patrice, Jean-Luc et Joëlle seront responsables chacun d’un tiers du groupe, afin de faciliter la déambulation dans les rues et le métro et enfin, distribution des gilets jaune fluo aux sous-chefs et à trois autres acolytes qui les endosseront pour gérer la circulation lors des traversées d’avenues. Nos bonhommes jaunes se sont aussi révélés être des points de repères appréciables et rassurants. Excellente idée, à retenir !

Attention à 23 heures, la porte de la pension est fermée : pensez de noter le code ou ne vous attardez pas trop !