Gorges du Tarn et de la Jonte, Causse Méjean (automne 2004) littéraire

De Entre Amis
Aller à : navigation, rechercher

Accueil > Archives > Gorges du Tarn et de la Jonte, Causse Méjean

24 octobre – 1er novembre 2004
rédigé par Michel Hettmann

Dimanche 24 octobre

Dès l'arrivée à CAUSSIGNAC, hameau de quelques habitants, à l'hôtel de la Grive nous comprîmes vite que nous allions vivre quelques jours à l'écart de la civilisation. Le téléphone portable ne nous était plus d'aucune utilité. Le repas du soir abondamment garni de produits du terroir et de préparations maison nous a permis de partir vaillamment à la découverte de ces étendues très peu habitées que sont les Causses.

Lundi 25 octobre, Caussignac - Florac

Nous sommes 11 randonneurs. Parcours dans le Causse Méjean, température agréable, aucune difficulté, et pour finir descente sur Florac à notre gîte d'étape où notre cheftaine préférée et ses Dames d'honneur ont préparé des spaghettis bolognaises. La fin du repas fut malheureusement gâchée car les hommes se sont battus pour avoir le privilège de faire la vaisselle.

Mardi 26 octobre, Florac - L'Hom

Remontée sur le Causse Méjean, puis longue traversée du Causse, désertique et inhabité à part quelques hameaux. Enfin, arrivée au gîte d'étape de L'Hom. Très bon accueil avec repas abondant de produits de la ferme. Une résolution est prise à l'unanimité de brûler toutes les calories superflues le lendemain.

Mercredi 27 octobre, L'Hom - Meyrueis

Traversée du Chaos de Nîmes-le-Vieux. Étape courte, celle du troisième jour. Une autre résolution est prise : celle de ne pas trop abuser des bonnes choses au repas du soir. Hélas, après les hors-d'œuvre, la bonne résolution est abandonnée. Pique-nique au gîte de Meyruels. Après midi, visite de la superbe grotte de Dargilan.

Jeudi 28 octobre, Meyrueis - La Viale

Belle journée. Le Causse est moins désertique. Pique-nique à l'Aven Armand. Visite de cette magnifique et immense cavité pleine de stalactites et stalagmites. Cette cavité (aven) pourrait contenir la cathédrale Notre Dame de Paris. Arrivée au gîte d'étape de la Viale.

Vendredi 29 octobre, La Viale - Les Vignes

Les gorges de la Jonte

Matin : sentier dans les gorges du Tarn. Paysages magnifiques. Nos yeux ne savent où se poser. Les photographes épuisent leur réserve d'images. Le vase de Sèvres, le vase de Chine, les arcs de Saint Pierre... toutes sortes d'immenses rochers travaillés par le temps avec en prime un ballet de vautours au dessus de nos têtes guettant le plus dodu d'entre nous ou celui qui se séparerait du groupe des marcheurs. Après midi : quelques minutes après le départ du pique-nique, le ciel se fâche. Orages de toutes parts, déluge d'eau, vent, grêle... il reste pourtant trois heures de marche pour rejoindre l'hôtel du Gévaudan. Marinades de pieds dans les chaussures... l'eau s'infiltre partout... l'orage se rapproche... Nous trouvons un abri dans un hangar agricole (merci au propriétaire). Bassée en Balade a failli perdre son chef, sa femme, une très grande comédienne, un histrion et quelques membres quand la foudre s'est abattue sur le hangar. Après un appel désespéré, le propriétaire de l'hôtel vient nous chercher ainsi que la voiture suiveuse et Christian venu rejoindre le groupe. Excellent accueil des Ch'timis propriétaires de l'hôtel du Gévaudan (étape à conseiller). Nous sommes alors 15 à table.

Samedi 30 Octobre, Les Vignes - La Malène

Belle journée toujours dans les gorges du Tarn. Les chaussures sont humides mais le moral est au beau fixe. On ne se lasse pas de ces paysages magnifiques sur ce sentier qui surplombe le Tarn dont on remonte le cours.Pique-nique au soleil au gîte étape de La Malène. Deux courageux randonneurs repartent vers les hauteurs des gorges. Nuit au gîte avec concours de bruitage. Il a été difficile de désigner le gagnant.

Dimanche 31 octobre

Dernière étape sous une pluie abondante. Après plus de 3 heures de marche, le chef décide de rapatrier tout son petit monde à Caussignac en voiture. A l'hôtel de la grive nous attend une bonne soupe chaude.

Conclusion

La pluie du matin n'a jamais découragé le pèlerin.
La pluie de l'après-midi n'a jamais découragé les Ch'tis.
Le repas du soir nous a toujours remplis d'espoir.
La nuit tous les chats sont gris.

Bruay-La-Buissière, le 2 novembre 2004